Spécial coups de blues

Publié le 29 Juillet 2017

Spécial coups de blues
Il arrive parfois qu’on se sente complètement à plat, complètement vide, voire, sur le point d’éclater en sanglots.
Envie de se réfugier sous la couette, de pleurer, de s'isoler. Entre mélancolie et malaise, personne n’est à l’abri du coup de blues.
Pourtant, il est tout à fait normal, notamment chez les jeunes, d’avoir de petits passages à vide.

Le coup de blues, petit ou gros, peut toucher tout le monde. Il peut être consécutif à un événement particulier (séparation, perte d’emploi, par exemple). Il peut aussi survenir sans raison apparente, pendant l’hiver, par exemple, ou après une période de stress.
 
Ça n’arrive pas qu’aux gens dépressifs : mêmes ceux qui ont en général un moral d’acier peuvent traverser des périodes où ils n’ont pas un excellent moral : il paraît que notre humeur et notre énergie sont cycliques et que ces périodes de petit moral sont normales.
L’important dans ces cas là est de savoir rebondir et de rapidement retrouver la pêche.
 
Voyons ensemble quelques solutions pour affronter ces moments délicats et essayer de les prévenir.
 

Coup de blues ou dépression ?

La population est souvent mal informée et parvient difficilement à faire la différence entre une déprime passagère et une dépression.
Le Pr Laurent Schmitt, Chef du service de psychiatrie des hôpitaux de Toulouse, explique que la principale différence entre ces deux troubles est la durée des symptômes. Une déprime est passagère, souvent la résultante d’une émotion « choc », un deuil, une morosité chronique lors du trouble prémenstruel… et ne dure pas plus de 15 jours.
 
La dépression en revanche, se caractérise par « un sentiment de tristesse qui perdure pendant au moins deux semaines ». Les symptômes sont les suivants :
- un ralentissement psychique et moteur
- une fatigue importante et baisse d’énergie
- une perte d’envie, d’élan, de plaisir
- une dévalorisation de soi ou culpabilité
- une anxiété persistante
- un négativisme pour différents secteurs de la vie, une hyper-sensibilité aux guerres, aux catastrophes, irritabilité
- des idées suicidaires, plans de suicide, tentatives de suicide
- appétit, sommeil et libido affectés
 
Voici quelques petits conseils qui ne paient pas de mine, mais qui sont diantrement efficaces pour retrouver le moral, quand ça ne va pas.
Si toutefois votre coup de blues s’installe et persiste, parlez-en à un médecin, il y a peut être une raison médicale à cela. Et si ça ne va pas du tout, parlez-en autour de vous !

Un bol d'air pour se libérer l'esprit

Isolement, stress, fatigue, les raisons du coup de blues sont multiples et varient souvent d’une personne à une autre. Le coup de blues est souvent lié à un déséquilibre entre ce que notre cerveau nous dicte et ce que réclame notre corps. Par exemple, un étudiant qui travaille beaucoup pour ses études devra rester assis et se concentrer alors que son corps, naturellement, aura besoin de bouger, de se défouler. Par conséquent il pourra ressentir un malaise.
 
Pas question de laisser ce mal-être s’installer. Entre les cours, les amis et les révisions, gardez un petit peu de temps pour vous aérer et vous dépenser. "Quand je monte à cheval, je déconnecte totalement", affirme Sonia pour qui l’équitation est le meilleur remède : "Quand je remets pied à terre et que mes tracas peuvent revenir, je me dis que franchement, ça ne valait pas la peine". Sans passer des heures à la piscine chaque jour, prenez l’air, promenez-vous, aérez-vous l’esprit.
Si vous le pouvez, aller passer une heure, seul, dans un endroit en pleine nature. Un jardin public fera l’affaire.
Sinon, allez vous balader dans votre quartier, en essayant d’aller dans des coins un peu nouveaux.
 
Ce dont vous avez besoin, c’est de nouveauté et de fraîcheur, d’un nouveau regard sur les choses : arrêtez-vous à des endroits où vous n’avez pas l’habitude de vous arrêter, et regardez ce qui se passe autour de vous. Prenez le temps de respirer à fond, de sentir les odeurs, de sentir la vie qui fourmille partout.
Sentez à quel point le monde est incroyable et merveilleux.
 
Regardez les nuages qui passent dans le ciel.
Un truc qui me calme toujours énormément, c’est de regarder les nuages, et de me dire qu’ils étaient là bien avant nous… et qu’ils seront là bien après nous. Cette pensée rassurante m’aide à relativiser l’importance des trucs qui me stressent.
 

Mangez des fruits frais

Passez à l’épicerie, prenez vous des fruits frais de saison, et mangez-en. Faites vous des jus si vous voulez.
Privilégiez les agrumes (oranges, pamplemousses, mandarines) qui contiennent de la vitamine C, et des noix si c’est la saison, pour le magnésium qu’elles contiennent, et qui permet de lutter contre le stress et la fatigue.
 
Il est scientifiquement prouvé que manger des fruits frais fait chuter le risque de dépression ou de déprime.
Oh et puis allez, mangez du chocolat aussi, faites vous plaisir !
… et un bon bol de thé vert bien chaud est aussi extrêmement efficace pour vous détendre et éliminer les toxines de la fatigue et du stress. Voyez ça comme un rituel purificateur.
 

Videz vous de votre sale énergie : faites du sport

Débarrassez-vous de l’angoisse qui vous pèse, faites du sport.
Allez courir, et si vous ne pouvez pas, marchez.
 
Avoir une activité physique un peu poussée permet à votre corps de produire un cocktail d’hormones qui jouent un rôle essentiel pour la forme physique et morale.
Si vous avez le blues, c’est peut être que vous ne bougez pas assez.
 

Regardez un bon gros navet

Parfois, un bon gros film de merde peut faire beaucoup de bien.
Il y a certainement un film pourri que vous avez envie de voir depuis longtemps ? Un truc avec Ben Stiller (le spécialiste des films pourris) ?
Ce soir, c’est détente, ne vous prenez pas la tête. N’importe quel film à la con – avec une héroine blonde à gros seins, tant qu’à faire – fera l’affaire, l’objectif, c’est d’éteindre le cerveau :)
 

Allez voir des amis

Et pas des dépressifs hein... Non des rigolos c'est mieux... ;) La bonne humeur et l’énergie sont contagieuses.

Allez recharger vos batteries avec vos amis, laissez leur bonne humeur vous imprégner et vous redonner de l’énergie.Ce genre de moment est extrêmement bon pour le moral, car ça vous permet de vous reconnecter avec les gens que vous aimez ; et être connecté avec des gens qu’on aime, c’est essentiel pour se sentir bien.
Pourquoi croyez-vous que les filles passent leur temps au téléphone avec leurs copines ?
 

Et vous, quels sont vos petits trucs pour récupérer le moral quand vous avez un petit coup de mou ?

 

L'homéopathie aide aussi...

 
Même si cette déprime paraît légère, elle doit faire l’objet d’une consultation médicale. S’il s’installe pour de bon, l’état dépressif sera plus difficile à traiter. Mais le traitement n’est pas forcément synonyme d’antidépresseurs. L’homéopathie peut être une alternative lorsque les symptômes sont légers, et peut être proposée en complément d’autres mesures comme une thérapie cognitive et comportementale, notamment.
 
Du côté des souches homéopathiques préconisées en cas de baisse de moral, on trouve : Ignatia, Sepia, Natrum muriaticum, Arsenicum album, Phosphoricum acidum ou Kalium phosphoricum. Le millepertuis, qui est une plante aux effets antidépresseurs avérés, peut être utilisé en teinture mère (Hypericum perforatum), à raison de 20 à 30 gouttes de teinture mère 3 fois par jour.

Rédigé par Alexandra Voyante

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article